jeudi 9 janvier 2014

Pourquoi payer pour une initiation ou un soin ?








      La question est parfois évoquée lors des stages. Pourquoi une méthode de guérison holistique sacrée se basant sur une énergie Divine, accessible à profusion, est-elle payante ? En fait la Vie veut un échange, un troc, un prêté pour un rendu. Il suffit d'observer la nature : un flux pour un reflux, un inspir pour un expir, un jour pour une nuit, un Yin pour un Yang. Cela demande implication et engagement, tout simplement. Reiki est un don précieux et non pas un dû car rien n’est gratuit. Un effort est toujours nécessaire pour bénéficier de quelque chose Ne serait-ce qu'apprendre à lire et à écrire, à développer sa compréhension ou encore à se lever le matin pour réaliser ou créer selon ses choix. Rien ne tombe d'un coup. Développons cela dans le cadre de notre pratique. 

Reprenons le rôle du praticien Reiki lors d’un soin. Premièrement, c’est un intermédiaire qui va agir sur la dysharmonie des corps subtils. Il supprime congestions, parasites, coupe des liens désuets réaligne les corps en utilisant des techniques qui lui sont propres puis permet à la « Lumière » de recharger l’ensemble en étant son canal. Dans cette seconde partie, Il est donc vecteur pour elle et reçoit à cette occasion des flashs ou informations. Les endroits du corps perturbé, les dérèglements constatés et ces flashs seront la base du débriefing de fin de séance avec le ressenti du patient et donc comme un psychologue, il va à ce moment là faire comprendre au patient son rôle dans la cause de ses troubles ou dérèglements. Première phase, il doit faire accepter l’idée que le dysfonctionnement, le trouble ou la maladie à pour origine un ou des déséquilibres énergétiques somatisés. Il faut donc que le patient en retrouve l’origine. Après la séance, il devient un acteur conscient. Il doit sentir pourquoi il en est là, que ce soit un problème physique ou psychologique, sinon le soin n’agira que sur une période limitée. La causalité doit totalement en être dissoute. Il nous reste maintenant à évoquer le cas des initiations. Pour le futur initié, c’est ici encore plus important. Il va devenir capable de canaliser l’énergie Divine, de faire un travail sur lui-même, mais également sur autrui ! Le maître-enseignant doit être sûr de la réelle implication de la personne. Ce n’est pas une chose que l’on donne à la légère. C’est un don très important qui implique la responsabilité du praticien car il va intervenir sur les corps subtils d’autrui. Son enseignement est donc capital. Comme tout travail mérite salaire alors quel rapport avec l’argent ? Dans notre société actuelle, l’argent est le maître étalon de tout ce qui nous entoure. C’est la monnaie d’échange la plus répandue au monde. Par ailleurs, l’argent permet l’implication du receveur car quelque chose de cher est plus sophistiqué que quelque chose de moins cher ou gratuit. Ainsi une séance de soin Reiki payante permet au patient de réellement s’impliquer pour « rentabiliser » l’argent qu’il a investi contrairement à un acte médical classique où il reste totalement passif et assujetti à un diagnostic médical sujet à caution. C’est un peu le monde à l’envers car on devrait d’autant plus apprécier une aide si elle est gratuite. Reprenons notre exemple précité : Il existe de nombreux cas de malades qui, se sentant mal, décident d’aller voir leur médecin traitant. Ils envisagent donc d’aller dans la salle d’attente, de subir une rapide auscultation, de payer la consultation, d’aller à la pharmacie et de payer à nouveau pour partie les médicaments prescrits. C’est tellement ancré dans leur esprit (même si cela se termine par un remboursement presque total avec une bonne mutuelle, ce qui n’est pas le cas pour tous), et surtout tellement accepté aussi, que même les déplacements et les dépenses ou les effets secondaires de ces fameux médicaments sont cautionnés sans sourciller. Cela montre la réelle démarche d’implication et la puissance du mental dans de tels cas. Il en va tout autrement pour le praticien Reiki car il doit veiller à ce que ses patients s’impliquent réellement dans leur processus de guérison mais revenons à notre transaction praticien/receveur. La deuxième étape de cet échange, c’est de ne plus se sentir redevable vis-à-vis du praticien Reiki. Le lien est coupé par le paiement, chacun a reçu sa partie du contrat. C’est la même chose en cas de don, lorsque le prix n’a pas été fixé à l’avance, mais avec quelque chose d’inachevé. Une autre remarque arrive alors très rapidement au sujet de la maîtrise ou quatrième degré Reiki, pourquoi ce degré atteint-il généralement des sommes assez importantes ? Pour les mêmes raisons… La maîtrise exige de la personne qu’elle ait eu une bonne expérience de la pratique du Reiki, qu’elle poursuive son évolution, et qu’elle ait un potentiel pour enseigner et guider autrui. Si n’importe qui pouvait être maitre-enseignant au bout de quelques années, on se retrouverait vite avec des maîtres sans expérience, initiant à tout va, sans discernement, sans donner d’exemples concrets de travail à ses élèves. C’est malheureusement déjà un peu le cas, puisqu’à présent on trouve des personnes qui initient en changeant le protocole ou qui n’ont malheureusement pas reçu l’ensemble des degrés. Ces initiations sont alors sans valeur puisque le pseudo maître n’a pas la qualification énergétique pour les produire. Il faut bien comprendre que cela exige une énorme implication personnelle de la part du futur enseignant, preuve que l’on accorde bien plus d’importance au Reiki qu’à de belles vacances ou bien à des biens de consommation. C’est là, affaire de choix. Maintenant vous me direz que c’est facile comme réponse et que cela arrange celui qui pratique les initiations ou les soins. Pourtant ce n’est pas le cas. On ne trafique pas avec l’énergétique et le subtil mais revenons à l’argent. C’est à chacun d’en changer sa vision car là aussi, il s’agit d’énergie. Il n’est pas néfaste, c’est un moyen d’échange. C’est aussi une marque de reconnaissance pour le travail effectué par le praticien ou l’enseignant qui doit continuellement travailler sur lui, poursuivre sa formation personnelle, améliorer ces cours, son enseignement, préparer les fascicules, prendre deux jours pour être entièrement à la disposition de ses élèves. Il est là, non seulement pour l’initiation, mais aussi pour présenter son propre vécu du Reiki, exposer son expérience, ses méthodes de travail, ouvrir des perspectives de recherches à ses élèves etc. Enfin, une chose qui à tendance à être oublié, lorsqu’un maître-enseignant forme un élève, il ne le fait pas que pendant deux jours. Il se doit de le suivre, de le guider lors de ses expériences et lors de sa pratique, de répondre à toutes ses questions. Une initiation, tout comme une relation maître/élève, ne dure pas que deux jours dans le Reiki, mais de longues années si le nouvel initié le décide car là aussi, il garde sa totale liberté.

Voilà en quelques mots pourquoi l’argent reste le moyen transitoire d’échange le plus répandu. Il est et reste l’énergie de permutation la plus répandue dans notre monde matériel. Heureusement cette transaction peut s’accompagner de beaucoup d’amour, de remerciements et de compassion.


P/B


2 commentaires: